Bouger Un jour avec

Un Jour avec une championne de snowboard

Chloé Trespeuch
Publié le 29/11/2022

Peut-on être championne de snowboard sans habiter à la montagne ? Assurément. La preuve avec Chloé Trespeuch, double médaillée olympique en snowboardcross, installée à Lyon. depuis 8 ans.

Halte aux idées reçues. Non, tous les champions de ski, de snowboard ou de fond n’habitent pas en station. Ni même au pied des Alpes. Exemple avec la snowboardeuse Chloé Trespeuch, passée en quelques années de la cime Caron, 3 195 mètres, à Val Thorens, au mont Verdun, 626 mètres, à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, avec son compagnon le rugbyman Ioan Debrach (Bourg-en-Bresse, Mâcon...), aujourd’hui torréfacteur et créateur de la marque Lion d’Or Café.
« J’ai commencé le ski vers deux ans et le snowboard à six ou sept ans », retrace la sportive. À l’époque, toute la famille partage son temps entre Val Thorens, en Savoie, et Saint-Jean-de-Monts, en Vendée. La jeune fille s’essaye à toutes les disciplines du snow, mais se spécialise finalement en boardercross, « la synthèse de toutes les autres disciplines, avec des virages, des sauts... ».

Membre de l’équipe de France depuis dix ans, elle a représenté nos couleurs lors des trois derniers Jeux olympiques d’hiver: Sotchi, en Russie, en 2014, où elle a fini 3e ; Pyeongchang, en Corée du Sud, en 2018 (5e) ; et Pékin, en Chine, en février dernier où la Française a remporté une médaille d’argent. En attendant les prochains Jeux, prévus en Italie en 2026, l’athlète partage son temps entre les monts d’Or et les glaciers du monde entier.

« Je suis en déplacement avec l’équipe de France une bonne moitié de l’année, mais entre deux stages, il m’arrive d’avoir une session d’entraînement à la maison, avec une à deux séances quotidiennes. Je commence alors par un réveil musculaire, du yoga par exemple, et j’enchaîne avec une séance de musculation (j’ai du maté- riel dans le jardin) ou une sortie, en vélo ou en course à pied, autour de chez moi. Quand je le peux, je profite aussi de toute la richesse de Lyon, que ce soit pour manger ou me balader. »

L’après-carrière sportive ? Chloé la prépare déjà. Membre de l’Armée de champions de l’armée de terre depuis quelques mois, l’athlète aime- rait à terme exercer un métier « utile, au service de la protection de l’environnement ». D’ici là, elle prépare un master « énergie, environnement et développement durable » à Sciences Po Paris et vise rien de moins pour
la saison qu’un titre aux prochains Championnats du monde et un Globe de cristal.

RENDEZ-VOUS
• Aux Deux Alpes, pour la Coupe du monde de snowboardcross (jusqu’au 3 décembre)
• À Bakuriani, en Géorgie, pour la Coupe du monde de snowboardcross (3 au 5 mars)
• Sur son compte Instagram @chloetrespeuch