Bouger Voyage dans la métropole

Feyzin, Cap sur les Grandes Terres

Publié le 09/07/2021

Feyzin, situé à une poignée de kilomètres au sud de Lyon, ne se limite pas à sa raffinerie. Un tiers de sa surface est – qui l’eût cru –
un espace naturel aux allures de sanctuaire pour la biodiversité. Ce qui lui vaut d’ailleurs d’être labellisé « ville nature ». Exploration.

Pour les Lyonnais ayant leurs habitudes au parc de la Tête d’Or, embarquer pour Feyzin, c’est un peu Rendez-vous en terre inconnue.

La première chose qui saute aux yeux, ce sont ses habitations. Postées face à la vallée de la Chimie, elles représentent un tiers de la surface de la ville.

Le deuxième tiers est occupé par la raffinerie et le dernier, vous l’avez déjà compris, est un gigantesque espace vert. Pour le découvrir, regardez à l’ouest et laissez-vous faire. Là, les plaines s’étendent à perte de vue et mènent à de petits villages ruraux, comme autant de points de départ vers de nouvelles aventures. Ce cadre champêtre, c’est celui du plateau des Grandes Terres, un territoire naturel de 600 hectares niché entre les communes de Feyzin, Vénissieux et Corbas.

Certes, l’agglomération n’a pas le centre-ville le plus bouillonnant de la région, mais elle possède une faune et une flore parmi les plus riches de la métropole. Ses 17 km de chemins de randonnée, à dévaler à pied ou en VTT, sont d’ailleurs animés, au printemps et en été, d’ateliers de sensibilisation à la biodiversité. Idéal pour apprendre à reconnaître la fauvette à tête noire ou l’alouette des champs.

Une facette méconnue qui bénéficie même d’un épatant camp de base avec le fort de Feyzin. Autrefois destiné à assurer la défense de Lyon, cet ancien ouvrage militaire se visite librement proposant d’arpenter casemate d’infanterie, pont, casernes, galeries souterraines et puits. Avis aux amoureux du patrimoine de France, le bâtiment est grandiose et l’ambiance romanesque.

Le parc environnant, d’une superficie de 26 hectares, abrite de nombreuses espèces protégées (rapaces, oiseaux, reptiles, insectes...) mais aussi des lapins et un troupeau de moutons au sein de la ferme pédagogique. Point de départ de nombreuses courses annuelles, de sessions d’entraînement de street workout (gymnastique et musculation urbaine) et de balades équestres, le site compte même un fournil ouvert le dimanche !

Dans les entrailles du fort  

C’est la première fois depuis 1877 que la Caponnière accueille des visiteurs. Après un an de travaux, cet espace fortifié et semi-enterré dévoile ses couloirs et chemins en soubassements, autrefois empruntés par les soldats et les militaires.

La Caponnière
Fort de Feyzin
Visite guidée sur inscription lefortdefeyzin.fr

Où manger ?

À votre gauche : un steak de Black Angus et son os à moelle, cuisiné à l’américaine par le chef du restaurant L’Auroch. Celui-ci réalise même de véritables mâchons sur commande ! À votre droite : une pizza quatre fromages à déguster sur la terrasse du restaurant La Mi-Temps. À vos fourchettes !

L’Auroch
Chemin départemental 12, Feyzin.
La Mi-Temps 
9 rue des Razès, Feyzin.

À voir et à écouter

 

L’Épicerie Moderne de Feyzin ne distribue ni légumes ni conserves mais ateliers et concerts. Cet espace (ré)créatif, dont la réputation n’est plus à faire, est le repaire de la scène actuelle section chanson française, rock, musiques du monde, et plus encore. C’est aussi un tremplin pour jeunes artistes en herbe.

L’Épicerie Moderne
Place René-Lescot, Feyzin. 
epiceriemoderne.com

L’école de la microaventure

L’association 2 Jours pour Vivre, ambassadrice d’un tourisme plus slow, organise le 12 juin au fort de Feyzin une journée d’initiation à son programme « l’école de la microaventure ».

Au menu ? « Cours de géo dépoussiéré », tour d’horizon des bonnes pratiques, conseils de base et workshop permettant de créer son prochain périple.

deuxjourspourvivre.com

Crapahuter

Le sentier des alouettes

Comme son nom l’indique, une balade pour partir, cheveux au vent, à la rencontre de l’oiseau le plus représenté sur le plateau. Observez attentivement : les alouettes prennent leur envol en poussant un cri vif et en décollant à la verticale !

Distance : 5 km – Durée : 1 h 15
Niveau de difficulté : facile

Le sentier des moissons

Un circuit, jalonné de panneaux explicatifs, à travers les champs pour comprendre la culture des céréales et apprendre que le site comptait autrefois des vignes et de l’osier.

Distance : 3 km – Durée : 45 minutes
Niveau de difficulté : facile

Parcours, balisages et informations sont à retrouver en téléchargement sur le site grandlyon.com