Dossier Dossier

En selle !

© Lyon Free Bike / We Are Media Makers
Publié le 25/08/2022

On ne vous apprend rien, le vélo a le vent en poupe. Oui mais pourquoi ? Comment le deux-roues est-il de retour en ville ? Que faut-il savoir avant de s’y mettre ? Montez, on vous emmène !

On aurait pu vous raconter une histoire digne d’un conte de fées : « Il y a très longtemps, Lord Cycle fabriqua un appareil à deux roues pour retrouver sa belle. Encore mieux : c’est Lady Cycle qui eut l’idée révolutionnaire d’inventer cette machine pour fuir un mariage arrangé. » On aurait bien aimé, mais non. Depuis l’apparition de la draisienne, en 1817, jusqu’à l’arrivée du vélo électrique en passant par l’ajout de pédales, pneumatiques et freins, l’histoire du vélo s’est bâtie au long cours et fastidieusement, grâce à l’ingéniosité d’inventeurs qui ont peu à peu amélioré le confort et la sécurité des vélocipèdes.

Dans la première moitié du XXe siècle, à l’aube de l’ère automobile, la bicyclette telle que nous la connaissons aujourd’hui est à son apogée. Peu à peu délaissée au profit des engins à moteur, elle est finalement de retour dans les campagnes et les villes dès les années 80, déclinée en versions BMX, VTT, vélos à assistance électrique (VAE), fixie, gravel... Un retour en grâce à multiples facteurs pour cette pratique qui relève à la fois du sport et du mode de déplacement.

« Le vélo rend libre et heureux », résume Fabien Bagnon, vice-président de la Métropole de Lyon, en charge de la voirie et des mobilités actives : « Il présente des bienfaits sur la santé et lutte contre la sédentarité en proposant une activité douce. Il offre le plaisir d’être à l’air libre, de profiter de la ville différemment, en ayant une fluidité dans ses déplacements et en maîtrisant mieux son temps de parcours. Ce mode de transport est bien sûr vertueux car il ne pollue pas. Un autre argument essentiel quand on voit l’explosion du carburant : son coût minime. » 

Vélo'v © Métropole de Lyon

L’appel du deux roues

En 2005, l’arrivée de Vélo'v, modèle de location de vélos en libre-service, a incité les Lyonnais à renouer avec ce moyen de transport qui a ensuite connu une croissance continue, uis une progression saisissante en sortie de crise sanitaire avec plus de 25% d’usagers par an.
Parmi eux, Emma s’est mise au vélo après le confinement pour arpenter la ville aux côtés de son mari Renaud, cycliste convaincu, et de leurs trois enfants. « Depuis deux ans, c'est un vrai bonheur de circuler en vélo à Lyon et de partir en escapade pour la journée ou le week-end.»

« Le vélo familial se répand à grande vitesse et le VAE a radicalement changé la donne : il étend les distances à parcourir et convient à tous, même aux personnes âgées », observe Fabien Bagnon. Croix-roussienne, Emma confirme : « Je me suis équipée d’un vélo électrique pour ne pas être freinée par le relief de la ville. » Avec le VAE qui a la cote et monte les côtes, il est en effet possible de profiter de tous les quartiers de Lyon, collines comprises.

Mieux, l’électrification permet d’embarquer facilement des passagers (enfants, animaux…) à bord de vélos cargos ou d’ouvrir les pistes cyclables de la métropole à des pratiquants plus inattendus comme les personnes en fauteuil roulant. C’est ce que propose l’entreprise Comhic avec son modèle à assistance électrique inclusif : Benur.

Benur © Scaled

Voies Royales 

Autrement dit, tout le monde roule aujourd’hui pour le vélo ! « Nous avions un plan vélo ambitieux pour accélérer l’usage du deux roues, finalement, nous nous retrouvons à gérer son explosion ! », constate Fabien Bagnon.
Pour répondre à cette montée en puissance et conforter l’utilisation familiale comme professionnelle (cyclologistique, déplacement des artisans en vélo…), un grand réseau de lignes continues, lisibles, confortables, séparées des voitures, s’installe progressivement.

Avec les Voies Lyonnaises, dont les travaux s’achèveront en 2026, 12 lignes desserviront 40 communes sur les 59 de la Métropole. Le premier tronçon, quai Claude Bernard, a été inauguré en juillet. « Notre grand challenge, c’est aussi la sécurité », reconnaît l’édile qui évoque 15 000 arceaux vélos, des places de stationnement dans les parkings et l’expérimentation du stationnement horaire.
« Lyon est de plus en plus agréable pour circuler à vélo, je vais souvent à Oullins depuis la Croix-Rousse. C'est beaucoup plus direct et rapide qu'en transports en commun et le trajet est bien protégé de la circulation », confie Emma.

Définitivement la tête dans le guidon, Emma et Renaud n’hésitent plus à pousser la pratique au-delà de la région. Ils sont devenus Ambassadeurs 2022 pour la Vélomaritime : « Nous avons roulé pendant une semaine du Havre à Dunkerque en utilisant le train depuis Lyon. »

Un modèle de voyage d’avenir à l’heure où le vélo devient l’un des piliers du "slow tourisme"… 

A savoir 

ACHETER

Il est toujours possible de bénéficier d’une aide de la Métropole de Lyon pour l’achat d’un deux-roues.
Sont concernés : les VAE, vélos cargos, ou vélos mécaniques d’occasion reconditionnés.
Une aide augmentée, parfois rétroactive, mais soumise à condition de revenus.
Plus d’infos : grandlyon.com/services/aide-achat-velo.html

SILLONNER

Nombreuses balades thématiques sur visiterlyon.com et comhic.com

PISTER

Pour suivre les aventures à deux roues d’Emma et Renaud, direction Instagram et leur compte @encre_violette

Rencontre avec Delphine Dépraz

Codirectrice de l’association Maison du Vélo

Comment s’équiper au moment de passer du côté des cyclistes ? Est-ce facile avec des enfants ? Conseils de pro avec l’association Maison du Vélo.

Quel équipement pour faire du vélo en ville ? 

Le choix du vélo est crucial, il doit être adapté à sa taille et son usage. Typiquement, un vélo tout suspendu ne convient pas à un trajet quotidien.
On trouve de plus en plus de modèles, comme les VTC, pouvant faire double-emploi : équipé de pneus larges pour les balades du week-end et de garde-boue et porte-bagage pour se rendre au travail.
Je recommande d’acheter son vélo dans un magasin spécialisé où bénéficier de conseils pour le choix mais aussi le réglage du modèle ; il existe tant de mises au point à faire pour se sentir à son aise.
L’autre avantage de s’adresser à un spécialiste est la garantie d’avoir tout l’équipement nécessaire pour rouler dans le respect du code de la route : sonnettes, freins, système d’éclairage et phares. A compléter ensuite d’un – voire deux – antivols en U, d’une cape ou d’une veste.
A deux-roues, la sécurité dépend de notre visibilité, alors on privilégie des couleurs claires et on pense au gilet jaune. En revanche, le casque n’est pas obligatoire au-delà de 12 ans. Nous le recommandons néanmoins dans le cadre d’une pratique sportive ou d’une reprise d’activité. Tout casque neuf vendu sur le marché est homologué. Au moindre signe d’usure ou en cas de grosse chute, il est important de le changer. 

Covélo en famille © Laurence Danière

Quels conseils pour rouler en famille ?

On commence par vérifier les aptitudes et limites de son enfant sur un site sécurisé, un parc par exemple, puis on expérimente un trajet que l’on connaît bien en l’allongeant petit à petit. Les modèles enfant sont très bas alors pour les rendre plus visibles, on peut fixer un fanion dessus.

Avant le départ, on contrôle l’équipement et on rappelle à toute la tribu les règles essentielles de sécurité. Puis lors de la circulation, on communique dans un langage clair, précis. On se positionne de façon à protéger son enfant et à inciter les autres véhicules à ralentir et à s’écarter : sur une ligne droite, à gauche, en retrait.
A partir de septembre, nous transmettrons toutes ces bonnes pratiques lors d’une formation gratuite : "Ma famille à vélo".
Pour une plus longue balade, les vélos suiveurs ou barre de traction pour attacher le vélo de l’enfant au sien, peuvent être une solution. 

Quelles balades tester hors des sentiers battus ? 

La Voie Bleue bien sûr, qui part de Lyon en empruntant les quais de Saône et va jusqu’au Luxembourg.

Les vélos sont désormais acceptés gratuitement dans le T3 le week-end et en semaine (hors heures de pointe), ce qui permet d’aller jusqu’à Décines Grand-Large pour une balade au bord de l’eau.

Grâce à l’application Geovelo, on repère durant son excursion les passages sécurisés (voies vertes, pistes cyclables…). C’est d’ailleurs souvent l’occasion de découvrir des aménagements méconnus près de chez soi ! 

Sur place, un espace de prêt ouvert aux adhérents permet de tester des équipements comme des remorques, des porte-vélos ou des sièges enfant.
Pour les cyclistes encore peu à l’aise en ville, l’association, en partenariat avec la Métropole, propose une formation pour circuler plus sereinement : Covelo.

Covélo en famille © Laurence Danière

Rouler à la Lyonnaise

Nouveau genre

Ponyo
Autre lieu, autre concept tenu par trois dégourdies comme elles se désignent elles-mêmes : « Nous voulions un endroit convivial qui dédramatise la mécanique et permet un empouvoirement des femmes et minorités de genre dans ce domaine. » Pari réussi avec ce tout nouveau café bistrot et atelier d’auto-réparation féministe de Villeurbanne.

Ponyo Café Vélo © Laure Hemmer
21 rue de Bruxelles, Villeurbanne
ponyocafevelo.fr

Tous « vélonomes »

Etablicyclette
Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même, l’association Etablicyclette propose à ses adhérents de s’occuper eux-mêmes de leur engin fétiche.
Que l’on se rassure, dans ce lieu convivial, galvanisé par la passion du biclou, personne n’est délaissé.
Après un examen scrupuleux de chaque deux roues afin d’identifier le problème, bénévoles et mécanos mettent un outillage de qualité à disposition. Au cycliste de retrousser ses manches. 
Objectif avoué : vous rendre autonome sur le diagnostic et les réparations, car c’est aussi par ce biais que la pratique se développera.
A noter : pour enrichir son stock de pièces détachées l’association récupère les dons de vélos.
Avis aux détenteurs de modèles inutilisés.

Culture Cycle 

Grimpeurs
Vous êtes cycliste et raffolez des lieux hybrides ? Vous allez être servi ! Dans cet espace dédié au cyclisme sportif on retrouve pêle-mêle, un café-restaurant, une conciergerie, une boutique, un atelier réparation, un service location, une librairie, un espace training… 

© Grimpeurs, lieu dédié aux cyclistes sportifs
2 rue d’Oran, Lyon 1er
grimpeurs.cc 

Coup de jus

Centaur Bike 
Trop cher le vélo électrique ? Pourquoi ne pas électrifier votre bolide habituel avec une batterie fabriquée en France (Lyon, Avignon) ou en Allemagne (Dresde) ?
Une technique fiable pour métamorphoser son deux-roues en modèle léger mais performant et ce, à petits prix.

Outre ce service, Centaur propose également la vente de vélos électriques neufs ou d’occasion, ainsi que leur réparation. 

28 Grande rue de la Croix-Rousse, Lyon 4e
www.centaurbike.com 

Itinéraires sportifs et solidaires

Lyon Free Bike
Prêt à en découdre avec les quais et les collines en roulant tous azimuts ?
Envie d’explorer Lyon sous un nouveau jour ? Tentez l’aventure Lyon Free Bike !
Concept urbain d’un genre unique, l’événement transforme depuis 1995 la ville en terrain de jeux pour cyclistes.
Entre pavés, sentiers, points de vue sublimes, passages secrets et dénivelés, trois épreuves sont proposées : un itinéraire sportif de 45 km pour conquérir de nouveaux espaces ; une rando solidaire de 25 km, Rouler pour Elles, dont une partie du montant de l’inscription est reversée à des associations de prévention contre les cancers féminins et une excursion découverte de 20 km, parfaite pour une balade en famille.

Rouler pour Elles © Lyon Free Bike / We Are Media Makers

Vous en avez encore sous la pédale ?
Commencez le week-end au parc de Gerland à la découverte de la première édition du Lyon Vélo Festival.
Une manifestation « sportive, solidaire et responsable » mixant courses engagées (VTT, gravel ou ultra cycling) de 40 à 400 km (oui, oui !), expositions, initiations, essais, démonstrations, ateliers…

Les 24 et 25 septembre 2022
lyonvelofestival.com 

Sortie de piste

Les expos de la rentrée
Puisque la petite reine s’affranchit des distances, on s’accorde quelques embardées hors de Lyon.
Direction la Cité du Design à Saint-Etienne, où l’exposition Bicyclette(s) Faire des vélos, revient sur l’histoire du cycle et son renouveau ; l’occasion de découvrir des innovations durables et performantes.

Bicyclette(s), faire des vélos © Cycles Victoire

En un coup de pédale (ou presque), on se rend aussi à l’exposition Les vélos de Doisneau au couvent Sainte-Cécile à Grenoble. Elle rassemble 70 clichés de l’artiste mettant en scène le vélo, tour à tour symbole de liberté, moyen de locomotion, outil de travail, loisir sportif.

Bicyclette(s) Faire des vélos, du 19 octobre 2022 au 19 février 2023 
Les vélos de Doisneau, du 13 octobre 2022 au 21 janvier 2023